Besoin d’aide, je suis là :-)

J’ai fait un sacré bout de chemin ces dernières années. J’ai pris une décision et j’ai toujours gardé le cap, même quand c’était dure, même quand ça l’est encore.

Cette décision, c’était d’élever mes enfants autrement. Autrement que ce que j’avais appris, autrement que ce que j’entendais et voyais dans mon entourage.

J’ai décidé d’élever mes enfants en les considérant comme j’aurais aimé que l’on me considère lorsque j’étais petite fille. J’ai ressenti le besoin de prendre soin de leur âme pour guérir la petite fille qui pleurait en moi.

J’ai alors arrêté de les fesser, de les bousculer, de les attraper fort, de les frapper. J’ai refusé d’avoir recours à la soumission pour obtenir leur coopération. Ça n’a pas été facile. Entre le moment où j’ai pris cette décision et l’application effective de cette décision plusieurs mois se sont écoulés. Et lorsque l’automatisme reprenait le dessus, je demandais pardon, je me pardonnais et je le laissais partir, je me libérai de lui, comme si cette nouvelle tape me rapprochait un peu plus de ce que je voulais car elle me rappelait que ce fonctionnement ne me convenait pas.

Pourquoi prendre la décision à contre-courant pour la plupart des personnes de ne plus frapper mes enfants ?

Pour leur éviter d’avoir à prendre cette décision, pour leur éviter de passer par les schémas que j’ai subis et pour leur donner une chance d’être épanouis dès aujourd’hui et pour toujours.

En une phrase, les châtiments corporels modifient profondément le cerveau des enfants et annulent donc une partie des merveilleuses capacités qu’on leur offre à leur naissance.

Aujourd’hui j’écris cette chronique non pas pour relancer le débat pour ou contre la fessée, je pense que le sujet est suffisamment entré dans le domaine publique pour que chacun réfléchisse à une nouvelle manière d’élever les enfants.

Aujourd’hui je m’adresse à vous pour vous proposer mon aide. J’ai souvent eu besoin qu’on m’aide, et même encore maintenant lorsqu’il m’arrive de déraper, je cherche du soutien pour faire autrement. Ce soutien, je le trouve soit dans mon for intérieur, en écoutant ma petite voix qui me conseille toujours très bien sur ce qu’il y a de mieux pour moi soit auprès de livres, soit sur des blogs ou des groupes. Malheureusement, je n’ai pas toujours eu de personnes avec qui échanger sur une question précise ou lors d’un craquage et pour m’apporter une oreille attentive et sans jugement.

Alors voilà je ne suis pas une spécialiste de l’éducation non violente mais j’ai un vécu et une expérience que je peux mettre à la disposition des mamans qui le souhaitent. Et je serais contente de vous accompagner, de vous écouter, de vous apporter un peu de mon aide, pour votre bien-être et celui de votre famille.

Vous pouvez me joindre en message privé sur ma page Facebook ici ou sur mon mail juliechroniqueuse@yahoo.fr

Je vous répondrai au plus vite, au mieux de mes disponibilités du moment. Mais soyez sûre que si je ne vous réponds pas dans la minute, ce sera sûrement dans l’heure ou dans la journée au pire. Et on est d’accord qu’à partir de 23h00 c’est extinction des feux et cela jusqu’à 9h00 le lendemain matin 😉

936192_608120642550263_1678070570_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s