Ce n’est que le début

Depuis que j’ai pris la décision de croire à la magie de la vie, j’ai commencé à élargir mes croyances et à me développer intérieurement.

C’est une expérience fabuleuse mais également inconfortable. Fabuleuse parce qu’elle m’ouvre le champ des possibles et inconfortable car elle me force à affronter mes faiblesses.

Cependant la prise de risque est plutôt minime et l’adrénaline qu’elle engendre est jouissive.

Je débute ma vraie vie, celle qui est faite pour moi. Non pas une vie plus ou moins arrangée par cette société qui veut nous mettre dans un moule, qui veut nous faire suivre un troupeau bien discipliné.

Je n’ai jamais aimé la discipline et d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été en rébellion contre les principes rigides et dénués de sens.  Pas étonnant finalement que je n’arrête pas de prendre les chemins de traverse et que l’autoroute tracée et définie ne m’intéresse pas. Fin de la digression.

Donc depuis trois mois environ, j’apprends des choses nouvelles et fantastiques, des choses que chacun d’entre nous devraient savoir. Mais tout le monde n’est pas prêt à recevoir ce secret et il ne parvient qu’à ceux qui le recherche ardemment.

Je travaille avec ardeur et détermination, épaulée et guidée par une personne qui m’est apparue comme par magie. Je flanche parfois, je stagne aussi et j’avance petit à petit, je gagne du terrain vers un objectif qui jusqu’alors n’était qu’un rêve inassouvi et irréaliste.

A présent, j’ai la croyance la plus intime que ce sont nos rêves qui tracent notre chemin et la croyance que nos rêves sont réalisables. Arrêtons de croire en ce monde fade et sans saveur, et mettons-nous tous à croire en nos rêves.

QU601ImagineJohnLennon

 

A l’honneur

Aujourd’hui, dans notre maisonnée, un petit garçon est à l’honneur. Il est le cadet de sa fratrie, il a de magnifiques cheveux longs, il a un regard profond et sensible, il est beau comme un Dieu grec et il est craquant de gentillesse et de générosité.

Aujourd’hui c’est sa journée car il fête son sixième anniversaire.

Comme pour beaucoup d’entre vous, les anniversaires ont un goût spécial à la maison. J’aime faire de ce jour un moment mémorable durant lequel les envies et les souhaits sont mis à l’honneur.

Il n’y a pas spécialement de cérémonial, juste de quoi faire plaisir pour souligner la naissance dans notre famille d’un membre qui compte énormément pour chacun.

Alors pour chaque anniversaire, celui qui est à l’honneur choisit son repas, son gâteau et je m’engage à honorer ses demandes. N’est-ce pas magnifique de sentir que ce jour de naissance a une aura particulière ?

Ainsi ce matin, le réveil fut plus que matinal. Bien avant que le coq n’ait eu le temps de chanter sa mélodie, j’ai vu apparaître devant notre lit, une petite bouille ravie qui se réjouissait d’ouvrir ses cadeaux. Ça faisait déjà bien longtemps qu’il avait commandé sa base arctique de chez Lego et il a été très, très patient, pourtant la patience n’est pas une de ses premières vertus. Alors, bien que j’aurais préféré dormir une ou deux heures de plus, il a grimpé dans notre lit et il a ouvert ses cadeaux le sourire aux lèvres. Puis il nous a remerciés, un merci comme j’en ai rarement entendu, avec tout le soulagement et la joie qu’il ressentait en cet instant. J’ai tellement de gratitude d’avoir vécu ce moment avec lui.

Aujourd’hui est aussi un jour spécial pour moi. Il y a six ans, alors que je venais de donner la vie à mon second fils, je prenais conscience que je donnais naissance également à une partie de moi qui m’apparaissait brusquement et très clairement. Après avoir subi les affres d’un accouchement déclenché, qui avait duré de longues heures et qui ne s’était pas du tout déroulé comme je le souhaitais, après avoir laissé une sage-femme éloigner de moi mon nourrisson pour une raison plus que stupide, je pris conscience que j’étais seule maître de ma vie et que plus jamais je ne laisserai un médecin ou tout autre personne décider du cours de mon existence. Ce jour-là, alors que je m’éveillais dans cette chambre d’hôpital, je découvrais une personne forte et déterminée à vivre une vie meilleure et merveilleuse.

Depuis six années ont passé et la Julie qui m’est apparue ce jour-là n’a cessé de gagner du terrain. Quand mon cadet a eu un an, j’étais une maman au foyer, épuisée par le rythme soutenu que m’imposait l’éducation de deux jeunes enfants d’âges rapprochés et j’ai alors créé la Chronique d’une mère au foyer qui m’a aidée à ne pas plonger dans la dépression. Puis quand mon cadet a eu deux ans, alors que je venais de le gifler parce qu’il ne s’habillait pas assez vite, les yeux plein de larmes et le cœur en berne, j’ai pris la décision de donner à mes enfants une éducation non violente. J’ai ensuite découvert toute une littérature qui m’a ouvert les portes de la bienveillance et du respect de l’enfant.

Grâce à la naissance de mon fils, je suis devenue celle que je suis à présent. Et comme il n’y a pas de hasard dans la vie, je vous précise que je suis moi-même la cadette de ma fratrie et que la naissance de mon fils cadet a été pour moi une deuxième naissance. Ce petit garçon, qui émotionnellement me ressemble tant, qui est du même signe astrologique que moi, qui a connu une naissance en deux temps, comme celle que j’ai connue au moment de ma propre naissance, qui exprime si bien la colère que l’on a fait taire en moi, ce petit garçon a mis au monde sa maman.

Ce fabuleux petit garçon est à l’honneur aujourd’hui dans notre famille et pour toutes ces raisons, son anniversaire restera pour moi une double naissance.

Joyeux anniversaire mon petit garçon, ne grandit pas trop vite, maman veut te garder encore pour elle quelques années avant que les filles ne te tournent autour 😉

IMG_5227

Mon cahier de gratitude

Dix minutes pour écrire et pour parler d’une chose que j’ai fait entrer dans ma vie il y a un peu plus d’un mois et qui me permet de relativiser beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses.

C’est mon cahier de gratitude.

J’ai découvert que pour apprécier pleinement la vie, il fallait aussi se rendre compte à quel point la vie est appréciable. Alors j’ai commencé ce cahier sur lequel je liste chaque jour toutes les choses pour lesquelles je suis reconnaissante, tout ce pour quoi je trouve que j’ai de la chance et je remercie l’univers et la vie des cadeaux que je reçois.

Nous avons tous plein de choses pour lesquelles nous devrions être reconnaissants et auxquelles nous ne pensons même plus, tellement nous sommes pris dans cette spirale d’une vie que nous vivons en mode automatique.

Je prends tant de plaisir à me retrouver le soir au calme dans mon lit à écrire dans mon cahier de gratitude. Lorsque j’ai commencé, ma liste était entre huit et dix gratitudes. Puis elle est passée à une vingtaine et à présent je liste entre trente et cinquante gratitudes par jour.

Durant les quelques minutes qui me restent, je partage avec vous le début de ma liste pour aujourd’hui :

1/ J’ai de la gratitude de m’être réveillée vivante ce matin.

2/ J’ai de la gratitude de m’être réveillée avant tout le monde et d’avoir eu trente minutes pour lire seule avec un bon café.

3/ J’ai de la gratitude d’être dans le confort de ma maison.

4/ J’ai de la gratitude d’avoir trois beaux enfants en bonne santé.

5/ Je remercie la vie de me donner la chance de partager avec vous mes gratitudes en ce jour.

6/ Je remercie l’univers de pouvoir manger à ma faim chaque jour.

7/ Je remercie l’univers de m’apporter tout ce dont j’ai besoin pour nourrir mon esprit.

8/ J’ai de la chance d’être en pleine santé et de jouir de chacun de mes sens.

9/ J’ai de la chance d’être née en France et de n’avoir jamais connu la guerre.

10/ J’ai de la chance de vivre sur une magnifique planète que je chéris tellement.

11/ J’ai de la gratitude d’avoir un accès internet.

12/ J’ai de la gratitude d’avoir ouvert mon esprit à l’éducation non violente et de l’avoir mise en place dans mon foyer.

13/ J’ai de la gratitude des multiples rencontres que j’ai faites jusqu’à ce jour et qui m’ont permises de devenir un peu plus celle que je suis intérieurement.

14/ Je remercie l’univers des amies que j’ai et qui m’apportent joie, bonheur et soutien.

15/ J’ai de la chance de payer mes factures chaque mois.

16/ J’ai de la chance de dormir dans un lit confortable et chaud.

17/ J’ai de la chance de découvrir chaque jour de nouvelles choses qui m’aident à avancer correctement vers mon but.

Allez je garde le reste pour moi 😉

Bon week end !

quotation-gratitude-1

Mes dix kiffes de maman

1/ M’endormir et me réveiller auprès de mes enfants.

2/ Le sourire de mon cadet, le rire de mon fils aîné et la petite voix de dessin animé de ma jolie petite fille sont mon oxygène.

3/ Quand je les entends ou que je les vois jouer tous les trois ensemble, le temps s’arrête pendant quelques secondes.

4/ La bonne humeur qu’ils me donnent surtout quand mon moral est en berne.

5/ Les multiples dessins et autres petits mots qu’ils m’offrent sont pour moi plus précieux que les diamants. Il va me falloir une pièce entière pour tout stocker !

6/ L’amour qu’ils me portent, qu’ils me donnent sans condition, naturellement et profondément est mon cadeau le plus cher.

7/ Je kiffe leur odeur : leurs cheveux, leurs pieds, leur cou, tout y passe. Je les sniffe dès que j’en ai l’occasion !

8/ Découvrir leur personnalité et leurs talents au fil des jours et des années est comme une chasse au trésor pour moi. Chaque indice me rapproche d’une merveilleuse et immense découverte : ce qu’ils sont.

9/ Les petits câlins et les gros câlins, les mains qui se serrent et qui caressent ou les bras tendus, les bisous soufflés, envoyés ou volés, les « mamans » qu’ils me crient avec joie quand je rentre.

10/ Et mon plus grand kiffe c’est d’être à leurs côtés chaque jour, même lorsque c’est dur, même lorsque je suis débordée, même lorsque j’aimerais être ailleurs, parce qu’ils sont ce que la vie m’a offerts et confiés et que je les remercie de m’avoir choisie pour les accompagner jusqu’à ce que la mort nous sépare ❤ ❤ ❤

lamour-maternel.560x281

Etre heureuse à tout prix

Peut-on vraiment être heureux jour après jour ?

Peut-on vraiment envisager la vie comme une magnifique expérience qui peut nous combler de bonheur ?

Peut-on vraiment espérer que la vie nous apporte tout ce dont on a besoin pour se sentir bien ?

Je crois que oui.

Parfois ça peut nous sembler difficile à croire, lorsque l’on traverse des averses, lorsque la pluie nous inonde tellement que l’on se demande si un jour on parviendra à se sécher. C’est vrai.

Que faut-il faire alors ?

Croire encore et toujours que tout ce qui se passe dans notre vie et qui nous cause du chagrin peut être changé. Croire encore et toujours que nous sommes le capitaine de notre vie et que nous sommes tous capable d’apprendre à naviguer, même durant les tempêtes. Croire que c’est possible.

Et s’entourer des personnes qui nous font sourire et même rire. Câliner ses enfants à en perdre son souffle. Lire, écrire ou danser et chanter aussi, même si l’on chante faux ! Penser à ce que l’on veut vraiment et garder cela en tête à longueur de temps. Et surtout se dire que tout s’arrange toujours parfaitement.

Etre heureuse c’est toujours ce qui m’a porté dans ma vie, c’est ce qui m’a conduite jusqu’au j’en suis maintenant et c’est ce qui me portera encore plus loin parce que je n’ai pas l’intention de laisser mon bonheur sur le bord de la route.

large

Savez-vous vraiment ce que vous voulez dans la vie ?

Lorsque l’on est enfant ou adolescent, la plupart des personnes que l’on rencontre nous pose cette question « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? » Une question pleine de bonne sens et qui encourage l’enfant à se projeter dans le futur et à imaginer ce qu’il souhaite devenir, ce qu’il souhaite faire, ce qu’il souhaite avoir. Puis une fois devenu adulte ou parent cette question s’éloigne de nos pensées pour laisser place à un quotidien que l’on subit bien trop souvent. Alors que cette question devrait être notre leitmotiv.

Pour être pleinement heureux et satisfait, il nous faut avant toute chose savoir exactement ce que l’on veut et pourtant on focalise seulement sur ce que l’on ne veut pas. Je ne veux pas être malade, je ne veux pas manquer d’argent, je ne veux pas être malheureux. Et si on pensait autrement ? Et si finalement le secret pour réussir sa vie était de penser à ce que l’on veut.

Voilà un petit exercice que je comptais partager pour une amie très proche et j’ai choisi de le poser par écrit aujourd’hui. Je l’ai découvert il y a peu de temps et je travaille encore dessus et c’est également un très bon exercice pour moi de tenter de vous l’expliquer simplement.

Il s’agit d’écrire sa vision de sa vie future dans 5 ans. Pour cela, il vous faut imaginer votre vie idéale, celle que l’on vous souhaitez au plus profond de vos tripes, celle qui vous fait rêver, une vie dans laquelle vous seriez pleinement heureux et épanoui. Et cette vision doit déclencher en vous un profond ressenti positif de bien-être.

Cette vision doit comprendre neuf sections :

1/ Moi, mes émotions, mes sentiments

2/ Mes loisirs

3/ L’argent, les finances

4/ La santé, la vitalité

5/ La carrière

6/ Ma relation de couple

7/ Ma famille

8/ Mes amis

9/ Ma contribution ( communauté, société, etc )

Pour écrire votre vision, prévoyez un moment où vous êtes au calme et durant lequel vous ne serez pas interrompu. Prenez du papier blanc et un stylo bleu. Pourquoi bleu ? Parce que cette couleur est celle dont votre cerveau a besoin pour être optimale. Ecrivez à la main, votre cerveau fonctionne au top de ses capacités lorsque vous écrivez manuellement. Soyez précis et ajoutez le plus de détails possible. Vous êtes le noyau central de votre vision mais celle-ci doit également inclure votre famille, vos amis, vos connaissances. Plus vous aurez de détails, plus vous saurez exactement ce que vous voulez.

Voulez-vous vivre la vie de vos rêves ? Alors commencez par l’écrire, par la définir, par la ressentir puis imaginez-vous la vivre.

Rendez-vous au prochain exercice 🙂

120004-Keep-Calm-And-Dream