Celle que je suis

La plus grosse difficulté de ma vie a toujours été de me faire accepter pour celle que je suis.

J’ai souvent eu l’impression que je devais m’adapter aux humeurs des personnes que je fréquentais et que je ne pouvais pas être celle que je suis profondément. Le plus dur ce n’est pas d’être celle que je suis, c’est bien plutôt que les autres m’accepte telle que je suis. Car autrui projette toujours sur nous-même sa propre envie ou ses propres angoisses.

Il m’aura fallu une bonne trentaine d’années, un mari, deux enfants et trois grossesses pour parvenir à me définir, à approfondir mes valeurs, mes ambitions, mes souhaits et tout ce qui fait de moi celle que je suis. A présent, je sais ce qui compte vraiment pour moi et ce qui peut me chagriner.

Maintenant le plus dur est de le faire entendre à chaque personne qui partage ma vie.

J’ai réalisé que je suis différente de la norme et celle que je suis est souvent incomprise.

Ma première constation est mon statut de mère au foyer. J’ai un Bac+3, je me destinais à une carrière professionnelle et je me « contente » d’être mère au foyer. J’ai remarqué à plusieurs reprises que les personnes qui me côtoient ne comprennent pas que je puisse m’épanouir ainsi. Pire encore, elles me disent que cela n’est pas fait pour moi et que je me laisse enfermer chez moi.

Être mère au foyer est dévalorisé par la plupart des gens. Tu n’as pas de vie sociale, tu n’as pas de boulot, tu es dépendante financièrement, tu profites des allocs, tu fais des tâches ménagères à longueur de temps, tu n’as comme compagnon de parole que tes gosses, et surtout tu es déconnectée de la réalité. Forcément, comme tu n’as pas de vie active, tu vis donc dans un monde parallèle dans lequel tu n’as aucune conscience de ce qu’est la vraie vie et ta vison de la vie est donc déformée… voilà comment te perçoivent la plupart des gens.

Même dans la blogosphère le statut de mère au foyer n’est pas très à la mode. En effet, cela fait presque trois ans que je blogue et je n’ai pour ainsi dire jamais été conviée dans aucun cercle de blogueuse. Non pas que je sois à la recherche d’amies blogueuses, mais j’ai pu constater à de nombreuses reprises qu’il existe plusieurs réseaux de blogueuses que je suis et avec lesquelles j’ai tenté de nouer le contact, eh bien je n’ai eu aucun retour…. A croire que ce n’est pas assez chic un blog de mère au foyer, il est plus classe d’être maman blogueuse qui bosse en parallèle, ou maman qui surfe sur la vague des mères indignes, ou encore maman free lance mais maman au foyer, non merci ! Qu’à cela ne tienne, je n’ai eu besoin de personne pour arriver jusqu’ici et je trouve que je m’en sors très bien ainsi.

Ma deuxième constation est que je dérange car je suis différente dans le rapport que j’ai avec mes enfants. J’ai un passif déplaisant étant gamine et forcément cela a modelé la perception que j’ai en tant que maman. Je suis incapable de confier mes enfants à qui que ce soit. Chaque jour que Dieu fait, je les garde précieusement et je ne veux pas m’éloigner d’eux. Pour le moment, ils ne sont encore jamais allés dormir chez un copain, un cousin ou une tata. Je suis incapable de partir en week end ou en vacances seule avec mon homme et de me séparer de mes fils pendant plusieurs jours. Mon mari partage entièrement mon ressenti et nous sommes donc deux à ne pas envisager ce genre de choses. Eh bien, notre attitude est très critiquée. Ce n’est pas la norme, vous comprenez, lorsque l’on fait des enfants, dans notre société, il faut se séparer d’eux et la famille bien souvent n’aime pas lorsque l’on fait exception. Dans mon entourage, nous sommes les seuls à agir de la sorte et je sais que nous sommes régulièrement montrés du doigt.

Troisièmement, choisir une voie différente de celle habituellement empruntée par la plupart des gens, m’investir émotionnellement et personnellement dans ce nouveau chemin, vouloir embarquer avec moi une personne que l’on croit être prête à vivre cela avec soi et finalement prendre en pleine figure une comparaison malsaine, et surtout s’entendre dire que l’on fait des histoires pour rien. Quelle tristesse ! Quelle déception !

Je suis différente et j’aime ma différence. J’aime avoir le nez dans des bouquins et ensuite relever la tête et voir ce que je peux faire de tout ça dans la vie. J’aime l’éducation que je donne à mes enfants car même si elle n’est pas parfaite et même si je continue de me tromper souvent, je n’arrête jamais de penser au meilleur pour eux et je n’arrête jamais de vouloir changer en mieux pour eux. J’aime ma vie de famille et je kiffe rester chez moi, en pyjama, à ne rien faire d’autre que de prendre soin de nous. J’aime la femme que je suis, je ne porte pas d’artifice, je ne me cache pas derrière une langue de bois ou des sourires complaisants, je suis honnête et je m’autorise enfin à exprimer mes émotions. J’aime ma vie de blogueuse, je suis fière de la réussite de mon blog et je recharge régulièrement mes batteries auprès de mes lectrices, régulières ou occasionnelles, qui ont souvent les mots justes pour panser le cœur d’une maman meurtrie.

Je suis différente, je le sais depuis toujours et cela ne m’a pas toujours été favorable et cela continue à ne pas être en ma faveur…

Que dois-je faire alors ? Oublier celle que je suis pour plaire à l’ensemble ? Écouter les émotions des autres, oublier les miennes et réaliser que même lorsque je me mets à la disposition de l’autre, il prendra tout ce dont il a besoin et oubliera bien vite ce que tu as fait pour lui et ensuite se permettra même de te rouler dans la boue, de te rabaisser et de t’humilier publiquement…

De toute manière, quoi que je dise, j’en prendrai plein la tête parce que je reste incomprise. J’ai eu le loisir de constater depuis des années et avec la plupart des personnes que j’ai rencontrées et avec lesquelles j’ai eu des différends, que ma parole est toujours contestée. Mes remarques sont toujours mal interprétées.

Sans doute suis-je dans l’erreur depuis toujours…

Ou alors sans doute ma parole dérange car elle est vraie, émotive et sincère…

Sans doute je n’arriverais jamais à avoir une conversation normale lors d’un conflit car je dis des choses qui renvoient à soi-même et qui font mal car elles révèlent des tabous, des secrets, des non-dits….

Sans doute suis-je critiquée car j’ai une très grande assurance dans mes propos et que cela est très souvent perçu comme de l’arrogance…

Au terme de cet article, ma fille bouge et remue au creux de mon utérus. La vraie valeur de ma vie réside ici, dans cette vie à naitre que j’ai tenté de protéger tout au long de ces mois tumultueux, des méfaits des adultes. Je me rends bien compte que je ne l’ai pas suffisamment préservée de tout ce stress et qu’elle aura forcément des restes de tous ces conflits.

Je suis lasse des conflits. J’ai la sensation de m’être battue toute ma vie et le pire, c’est que mon ressenti est d’avoir combattu des moulins à vent, car à présent, je réalise que on ne m’a jamais autorisé à m’affirmer telle que je suis vraiment, je me rends bien compte que mes mots ont toujours été bafoués.

Je suis lasse de tout ça. J’ai à présent une vraie priorité dans ma vie, ce sont mes enfants et malheureusement à cause de problèmes d’adultes, ce sont eux qui pâtissent de ces conflits. Lorsque je suis contrariée, je suis en proie à de nombreuses insomnies. Je ne dors plus la nuit, je suis donc bien trop fatiguée et beaucoup moins patiente avec eux. Et que dire de ce bébé qui depuis sa conception a ressenti tellement de colère, de frustration, de tristesse et d’incompréhension ? Comment va-t-il vivre dans ce monde de brutes ?

Il me reste un petit mois avant d’accoucher. Je ne me laisserai plus polluer.

Qui m’aime me suive et pour le reste advienne que pourra !

1185503_645926272086365_1340790658_n

 

Publicités

25 réflexions sur “Celle que je suis

  1. Une fois de plus, j’ai commencé te à lire avec les frissons et l’humidité dans les yeux tellement je me suis vue dans tes mots … et puis après, j’ai lu en constatant des façons différentes de faire entre toi et moi … ET ALORS ???? Il n’y a rien de plus normal, nous sommes tous différents des uns des autres !!! Pourquoi juger, pourquoi critiquer, pourquoi diagnostiquer, pourquoi pourquoi pourquoi ??? Comme je te comprend, pour y être confrontée aussi …….
    Mais on n’empêchera pas toutes ces personnes de le faire, malheureusement !!

    Un jour, j’ai répondu à une personne qu’effectivement, j’étais ambitieuse parce que ma priorité était d’être heureuse et sereine pour contaminer ma famille, mes enfants de ce bonheur et de cette sérénité malgré les obstacles et les tribulations de la vie. Mais que je pouvais tout à fait comprendre que chacun avait SES priorités, c’est normal ! Moi, je suis heureuse, je ne suis pas riche (sauf de mes Amis et de ma famille), je n’ai pas une belle voiture, une demeure incroyable, le dernier smartphone etc .. mais j’ai ce que beaucoup convoitent en vain : le bonheur, la joie de vivre et toujours l’envie d’être la plus juste possible! Quand tu dis ça, sur un ton tellement serein, ça créée toujours un blanc, un certain malaise …
    Les + intelligents échangeront avec toi sur ce sujet de façon constructive, d’autres ne diront trop rien et y repenseront et d’autres continueront à critiquer , à envier et à juger ! C’est la vie, c’est LEUR problème …. ce ne doit pas être le tien !!!!!!
    Tu sais qui tu es maintenant, tu sais ce que tu vaux et ce que tu veux … c’est bien là qu’est le plus important !! Je ne peux que t’encourager dans cette voie ! Personne ne détient LA vérité, mais SA vérité !

    Et moi, je me régale de te lire mon amie virtuelle 😀

  2. ❤ voilà quoi 😉
    règle numéro 1 : ne pas écouter les autres, règle numéro 2 : s'aimer, règle numéro 3 : s'écouter, règle numéro 4 : faire les choses avec amour. En conclusion : être

  3. Je .me reconnais énormément dans ton article
    Au niveau de mon blog (mes blogs populaires mexasperent tant ils sont mal écrits), de mes enfants, de mon rapports aux gens, a la famille…
    J’ai deux garçons 🙂

  4. j’arrive complètement par hasard par une question posée à Google. ces quelques articles lus me frappent, m’éclaboussent. J’aimerai tant avoir ton assurance… le choix qui vient du coeur est forcément le meilleur…

  5. je suis une jeune maman au foyer (par choix bien sur) je me retrouve aussi dans tes paroles!
    En écoutant les autres parler j ai vraiment l impression que pour les 3/4 des gens pour avoir une place dans la société il faut travailler.
    comme si tu ne pas pouvais être quelqu’un d’intéressant sans travail !
    J entend souvent les gens me dire :
    bha alors tu vas bientôt travailler quand même ?!
    tu ne vas pas toujours faire sa !
    ho tu dois t’ennuie, remarque au moins tu peut faire le ménage !

    Et j’en passe est des meilleures !!!

    bref j aime bien allez sur les blog de maman au foyer sa me conforte dans mon choix de vie et dans le fait que plus tard mes regrets ne serrons pas de ne pas avoir assez profité de mon petit garçon !

    je vient de tomber par hasard sur ton blog et je reviendrai y faire un tour.
    en tout cas continue sa fait plaisir de lire des articles comme sa!

  6. oh tu écris tellement ce que l’on peux ressentir, avec qq différences, toujours se justifier, toujours l’incompréhension, mais il ne faut pas les laisser détruire ou diriger nos choix. Ne laisse personne te rabaisser tu apportes tellement autour de toi, tellement de texte que tu as écrit et qui m’ont aidé dans mes moments de doutes, de peurs, d’incertitude. Continue à être toi même, à te chercher, à t’épanouir, pour toi, pour ta famille, et pour nous toutes!

  7. Bonjour,

    Je viens juste de découvrir ton blog en tapant sur google « blog maman au foyer »…

    Cet article m’émeut car dans la majorité des points, je m’y retrouve.

    Alors merci de mettre des mots sur nos maux et j’espère que tu auras toujours le courage de t’assumer pleinement (moi je suis encore trop jeune je pense pour y arriver).

    Je continue ma lecture de ton blog

    Bises, Nini

  8. Encore une fois merci ! C’est en ces termes que je me définis sauf que j’ai une « tare » supplémentaire : je suis végétarienne et comble de tout, mes enfants aussi (bien que je ne leur ai jamais imposé).
    Aujourd’hui j’ai 35 ans, 2 enfants de 10 et 12 ans et non, je ne travaille toujours pas ! Sauf que ma fille qui a failli redoublé une classe fait partie aujourd’hui des 5 premiers ! Quand à mon fils il a des facultés qui sont incroyable et bien plus encore (mais maintenant c’est à lui de les développer) !
    Tout cela ne serait pas arrivé si je n’avais pas été derrière tout le temps, à les soutenir, à leur montrer la bonne voie à être patiente (c’est une constatation, la patience est une vertu qui se perd) et attentive. J’ai pris mon temps, j’ai adopté le leur et nous sommes sur le chemin de l’autonomie, leur autonomie (même si c’est dur de voir son « bébé » vouloir aller au collège tout seul) !
    Ils ont grandi à leur rythme et non à ce qu’impose la société actuelle, et ça c’est une grande victoire.
    Il y a encore du chemin, il ne faut pas se leurrer et ce n’est surtout pas maintenant qu’il faut les lâcher. Travailler signifierait les abandonner et l’adolescence est le moment où ils sont le plus vulnérables, le plus fragile et le plus critique (pour les parents aussi).
    Oui j’ai « sacrifié » ma vie professionnelle mais pour quel résultat ? Maman tu es la meilleur maman du monde, merci ! Voilà mon résultat ! Et j’en suis fière car dans le fond l’argent n’est rien à côté de mes câlins ! 😉
    Et puis je suis heureuse et par les temps qui courent ce n’est pas donné à tout le monde …

  9. Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu! Mais quel plaisir de vous lire.
    Tout d’abord merci pour ces paroles qui sonnent justes. Mère au foyer est la plus belle chose qu’il puisse m’arriver. Mais ce bonheur est souvent assombrit par cette impression d’être une tare, une fille pas dans les rangs, pas très « fun » non plus!! Pourquoi la société reflète en nous une image négative.?….merci de redonner espoir à la plus belle des vocations, car nous nous épanouissons différemment et cela est merveilleux.
    Un grand merci, également, pour votre redaction. C’est un réel plaisir de pouvoir vous lire .Enfin quelqu’un qui utilise un vocabulaire et des paroles censées. Avec tout les blogs que l’on trouvent,comme vous l’avez mentionné, sur ces nouvelles mamans à la plume délurée, frivoles,vantent leur mérite de laisser leurs « progénitures » pour tel ou tel extravagances de « femme libérée »!
    Enfin, je n’est pas le même avis qu’elles sur le sujet, et je retrouve en vous lisant mes propres principes.
    Je continuerai donc à vous lire, car c’est un vrai plaisir. Je viens de découvrir votre blog et j’en suis ravie.

  10. Comme c’est rassurant de se rendre compte qu’on n’est pas seule. J’ai 42 ans deux enfants et un mari qui travaille beaucoup. J’ai élevé mes deux enfants les cinq premières années puis j ai repris un travail à temps partiel pendant un an et demi. Je viens de laisser tomber ne supportant pas de laisser mes enfants à la cantine chez une nounous ou en garderie . Je trouve que rien n’est plus important que le temps qu’on donne à nos enfants . Leur éducation leur travaille scolaire j ai à cœur se suivre tout ça de près et surtout ne rien déléguer a d’autres personnes. Ils n’ont non plus jamais dormi en dehors de la maison on ne fait rien sans eux .leur papa est très présent aussi quand son travail le lui permet nous avons eu nos enfants tard ils sont précieux les élever à plein temps c’est mon nouveau job le plus gratifiant que j’ai jamais eu …

  11. Bonsoir à toutes,
    Je viens de tomber au hasard d’une recherche sur google sur votre superbe article ,si touchant et tellement ressemblant à ma vie.Je me retrouve dans vos mots….ce soir j’étais un peu triste et voila que je vous lis…….cela m’a fait du bien.Quelque part savoir que d’autres femmes vivent et ressentent des sentiments similaires à sois,ça apaise et rebooste un peu.J’ai eu besoin de m’arrêter un instant et vous écrire.Vous faire part que votre texte « résonne » et fait du bien.
    Merci d’avoir partager un peu de vous, la parole libère. Oui,je parcourrai votre blog un peu plus en détail plus tard et j’y reviendrai probablement pour vous lire avec plaisir….

    Ma vie se sont mes enfants et le choix d’être femme au foyer à été naturel et essentiel.Quand on aime, on veux donner le mieux et le meilleur de sois………..et sans aucun doute nous occuper exclusivement de nos enfants est ce que l’on pouvait leur donner de mieux.Nos valeurs et façon de vivre est la base de leur développement et épanouissement.Ne laissez personne vous dire le contraire.Qui pourrait nous reprocher de ne plus être centrer sur nous même,laisser L’égoïsme que cette société nous inculque pour se donner à la meilleur des choses……….l’éducation de nos enfants avec dévotion et amour.Rendre des petits êtres responsables,épanouis,aimés et aimant.Rebâtir une société respectueuse,posée et équilibrée à l’écoute et sensible aux autres et non une société individualiste et clonée.
    Que Dieu vous préserve toutes et vous guide dans votre chemin.Amine
    Mots venant du coeur

  12. Bonjour,

    je viens comme d’autres avant moi, de tomber sur votre blog. C’est avec grand plaisir que j’ai lu certains de vos articles, très bien écrits je dois vous l’avouer, et j’ai été interpellée en particulier par celui-ci.

    Je suis une jeune maman au foyer de bientôt 26 ans, maman d’une petite Marilou, qui vient tout juste de sortir de l’hôpital. Elle y est restée de sa naissance en date du 8 novembre 2013 à ce mardi 22 avril 2014.
    Gros gros soucis de santé ont fait que… Alors quand la chirurgienne m’a proposé de bénéficier d’allocations spécifiques pour rester auprès de ma fille et lui prodiguer les meilleurs soins possibles ainsi que l’amour que je n’ai pu, malheureusement, ne lui apporter que la journée durant presque six mois, j’ai tout de suite accepté.
    J’ai accepté parce que je choisis d’être sa protectrice, moi et seulement moi. Ce n’est pas de la possessivité, ce n’est pas de la fainéantise, c’est l’instinct maternel. Et le mien me dit de rester auprès d’elle. Trouver une bonne nounou de nos jours est déjà bien difficile, alors trouver une bonne nounou qui saurait faire fi de tous ses antécédents médicaux et être à la limite de l’exclusivité pour Marilou, je pense que ça risque d’être mais alors pour le coup vraiment très dur.

    La majorité voient d’un très bon œil et acceptent ce choix de rester à la maison et veiller sur notre petite guerrière, d’autres en revanche font les yeux ronds. Seulement voilà, je ne vis pas pour eux, pour leur faire plaisir et pour répondre aux mieux aux prédispositions sociales actuelles (une femme DOIT travailler maintenant qu’elle en a ENFIN le droit) et ainsi rentrer dans les cases. Non, je vis pour ma famille, ma fille, mon couple, et pour moi aussi un peu, enfin quand je pourrai prendre le temps.
    Ceux-là même qui me font les yeux ronds sont ces mêmes personnes qui pourtant pleuraient les premiers quand on leur apprenaient que non, la grossesse ne se passe pas bien, que non l’accouchement ne sera pas facile, qui peut-être, Marilou décédera. La compassion ils connaissent apparemment, la compréhension, non, je ne pense pas.

    Toujours est-il que je respecte ton choix, même si tes raisons ne sont pas les mêmes que les miennes, mais je t’admire pour ton courage et ta force face à ces personnes fermées d’esprit et comment dire, … obnubilées par la performance (connes, débiles, ahurissantes de bêtise, voilà ce que j’ai vraiment envie de dire en fait, désolée). La performance ce n’est pas de tout savoir conjuguer, il n’y a pas de performance sans plaisir. Et moi, mon plaisir c’est ma fille et sa santé, son bonheur, son équilibre et une grande dose de stabilité après toutes ses épreuves.

    Au plaisir de te lire, je l’espère très prochainement, je vous souhaite à toi, ta petite famille, une excellente soirée.

    Amandine

  13. Une petite phrase toute simple et pourtant très touchante, merci. Je continuerai à te lire avec grand plaisir en tout cas 🙂

    A très bientôt !

  14. Bonjour, je suis femme au foyer et heureuse de pouvoir l etre. Pour moi etre femme au foyer et le bonheur d une famille unie car de nos jours la plupart des personnes pensent a leur bien etre.

  15. Une journee c est a la fois long et court. Je suis maman d une fille de 9 ans et un fils de 2ans et demi.
    Pour moi, il faut savoir repartir le temps passer du temps avec ma fille, passer du temps avec mon fils, passer du temps avec mon mari (sans que personne en patie, je ne confie pas les enfants pour notre propre interet), un temps pour moi etre mere au foyer me permet d avoir un temps pour me detendre meme s il est court mais on y est tous oblige car si on prend pas soin de soi on ne peut prendre soin des autre (mais dans cette vie la plupart des personnes deviennent egoiste et pensent trop a leur propre bonheur) un temps pour etre en famille.
    Comme je l ai dis je suis contre confier les enfants pour son propre interet ou meme celui du couple (car si on veut vraiment on peut se retrouver) mais pas pour leur bonheur.
    Si la famille autour (grand parent, tante ect) leur propose des sorties cinema, royal kids ou autre. Ou simplement qu ils aillent chez eux pour quelque jours. On demande jamais, on nous propose.
    Ou encore pour l ete centre aere et colonie (je suis contente l ete de prevoir planning pour ma fille (pour mon fils petit a petit) sur deux mois elle s ennuies pas a rester a la maison dans sa chambre, elle va a la mer avec mes parents, elle change de departement pour aller chez le pere de mon mari une fois par an on essaie qu elle aille en colo pour se faire des amis et biensure pendant quelque semaine j essaie de passer du temps avec elle, pendant l annee scolaire activite sport, art ect… toujours si c est possible aussi non on patiente une annee.
    Le soir, on est pas presse de mettre les enfants au lit comme certain qui les mettent des 19h voir 20h.
    Le temps passe si vite avec l ecole, le travail de mon mari le soir on profite ensemble parfois sorti parfois simplement tranquille a la maison (j ai remarque que mes enfants ont besoin de dix heures de sommeil)

  16. Celle qui critique les meres au foyer moi je critique celle qui travail. Pourquoi encore une critique? Ben meme ceux qui disent qui critique pas le font simplement parce qu on est tous different et qu on pense differemment.
    Les meres (niveau moyen ou plus) qui travaille (sauf celle qui ont vraiment besoin d argent) dont mere seule font garder leur enfants cantine garderie ect et cela je pourrai pas, pas seulement jusqu a trois ans mais jusqu a ce que mes enfants en ont besoin.
    Qui aime aller travailler de nos jours peu de personne qui aime porter carton, faire des menages, maconnerie ou autre plysique ou moral meme celles qui disent c est pour la vie social, je regarde autour de moi, les employes sont esclaves des employeurs car il faut aller plus vite et faire plus d argent. Qui en patie, la famille forcement car il faut trouver le temps d etre en couple ou de se retrouver en famille.

  17. Bonjour, je suis une maman qui travaille depuis 25 ans, j’ai deux enfants. Depuis quelques temps, rien ne va plus…… Je n’ai jamais pris de congés parental pour mes enfants, car comme vous dites, cela faisait trop hors du temps. Aujourd’hui, je le regrette… Mes copines sont toutes des femmes hyper actives et je n’ose pas leur avouer que perso je suis épuisée. Même mon corps hurle sa douleur (et bien sur, là je pleure..). Depuis quelques temps, je me rends régulièrement chez le médecin (je suis aide-soignante), et chaque fois la réponse est la même : « vous n’écoutez pas votre cerveau, alors c votre corps qui prend le relais « . La dernière fois, elle a été plus loin en me disant d’envisager une reconversion car je ne tiendrais pas longtemps. Tout ça pour vous dire, que travailler et mener de front une vie de famille, ce n’est pas ça . Je suis persualée que la plupart des femmes en souffre sans oser se l’avouer. Si vous me le permettez j’aimerai vous suivre car cela me fait du bien .. Amicalement

  18. Bonjour
    Je suis maman au foyer depuis 4ans, j’ai 2 enfants de 4 et 1an. J’ai 26ans… et bien sûr non seulement mon choix de rester à la maison « choque »,mais moins que le fait que j’ai « gâché » ma jeunesse à avoir un bébé à 22ans… et quoi dire de mon bts, qui ne me sert sois disant à rien… je me sens rabaissée, invisible et inutile… alors que sans moi ma famille ne tiendrai même pas debout! Mais pourquoi je suis la seule à m’en rendre compte? Mon homme est militaire et donc absent 4mois par an… et moi aussi je devrais « abandonner » mes enfants en allant travailler? ! Mais pourquoi faire des enfants dans ce cas? Le but n’est il pas de les avoir près de soi? D’être présent pour eux à chaque instant? Je ne comprends pas pourquoi aujourd’hui mon choix choque… est ce parce que j’ai eu assez de personnalité pour assumer ce choix? Est ce de la jalousie de la part de ceux qui n’ont pas eu le courage de d’assumer ce mode de vie? Je me retrouve tellement dans ce que vous dites, je me sens moins seule ce soir…

  19. L’article a déjà 1an mais je viens de le lire.
    C’est tout pareil pour moi sauf que je ne tiens pas de blog et que je n’ai que des garçons.😊

  20. Pourquoi cela choqué t’il? Et bien tout simplement car cette société à voulu faire de la femme l’égale de l’homme et donc lui faire oublier son instinct maternel en allant travailler toute la journée et s’occuper de ses enfants 3 heures par jour et le week-end. de faire penser que la femme est une capacité inexploitée lorsqu’elle assure son rôle de mère. On a inciter les mère a laisser leurs petits d’à peine 4 mois à la crèche sous couvert d’avoir une vie sociale ou une indépendance financière. Je ne vois pas pourquoi une femme s’occupant du bien être de sa famille ne mériterait pas d’être entretenu par son époux. Le donant donant n’es t’il pas une chose normale.. Chacun à un rôle et une place bien définit et malheureusement cette société l’a bafouer et à fait croire à la femme que sortir travailler ferais d’elle une femme « libre ». Libre de quoi? De s’épuiser à tout gérer. Et de se rassurée en disant que ce qui compte ce n’es pas le temps donné mais la qualité..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s