Mon bonheur à moi

J’ai reçu, il y a quatre mois, la plus merveilleuse des nouvelles et la plus horrible en même temps.

Quelle difficulté de vivre un grand bonheur et un grand malheur à la fois ! L’être humain est ainsi fait qu’il se laisse submerger par la peine, la souffrance et la mélancolie et en oublie d’être heureux et comblé. Par moment je me suis sentie au bord du gouffre, désespérée et très énervée.

Comme si cela ne suffisait pas, mes tourments, mes lectures et mes questionnements sur l’éducation parentale ont fait ressurgir le mal que j’avais subi sous l’éducation de mes propres parents.  Que devais-je faire avec toutes ces révélations ? Allais-je me laisser pourir, encore une fois, la vie et passer à côté d’une belle période qu’est la grossesse de mon troisième enfant ?

Je refuse. Je suis une maman à la recherche de son bonheur.

Pour le trouver, j’écoute ce que l’on entend pas, le murmure des émotions.

Pour le trouver, je regarde ce que l’on ne voit pas, la beauté du coeur.

Pour le trouver, j’accepte de me tromper.

J’ai ainsi trouvé un petit enfant endormi dont les traits du visage sont tout simplement parfaits, j’ai entendu la souffrance d’un être qui a besoin d’être soulagé, j’ai laissé de côté mes principes et je le vis très bien.

Dans la vie, avant d’être parent, tu as plein d’idées reçues. Tu es convaincu d’un tas de choses. Tu juges si facilement. Puis tu deviens maman et ton monde est bouleversé. Tu te trompes une bonne centaine de fois, tu pleures, tu t’excuses et finalement tu commences à trouver ton rythme de croisière. Tu sais, à partir de là, que rien n’est immuable, que la vérité est ailleurs, qu’un rien est loin d’être rien. Et tes prinicipes seront à l’image de ton intérieur en perpétuel changement.

Je suis une maman très imparfaite mais il y a une seule chose sur laquelle je ne dérogerai jamais : rien ni personne ne passera avant le bonheur et le bien-être de mes enfants. Jamais je ne laisserai quoi que ce soit me séparer d’un de mes enfants.

Je suis enceinte de mon troisième enfant et je sais que la vie est ici, au sein de mon utérus. Puis elle s’épanouit au creux de mes bras. Pourtant, cette troisième grossesse n’est pas telle que je l’espérais. Elle est difficile. Mon esprit souffre encore des stigmates de mes conflits parentaux. Mon corps est affaibli.

Mais toute cette faiblesse devient une force au fur et à mesure que mon bébé grandit. Mon ventre s’arrondit et je sens remuer en moi ce petit être. Cela m’apaise tellement et me rappelle les vraies valeurs de ma vie, mes enfants. Ici se cache mon bonheur à venir, il s’approche près de moi et mon visage s’émerveille.

Parfois, il est vrai que dans la solitude de mon foyer, je me sens un peu délaissée, je manque de conversations d’adulte ou encore de reconnaissance. Je l’accepte. Dans ce monde de brutes, rien n’est parfait. Il s’agit toujours de choisir un moindre mal. Je préfère m’endormir fatiguée des cris de mes enfants.

Mon bonheur est authentique, il souffre quelque fois, puis il panse ses blessures et se reconstruit dans les petits bras de mes enfants. Nul être au monde n’est capable de donner autant d’amour aussi parfaitement, aussi humblement. Cette plénitude est une chance, je ne pourrai m’en passer.

Je tourne enfin le dos à toute cette bêtise humaine qui m’a tant fait souffrir. J’ai à mes côtés un bon mari. Un homme qui a des défauts certes mais qui sait se remettre en question, qui tient compte de ce que je lui dis et qui participe activement à l’éducation de ses enfants. Dieu m’a offert deux magnifiques garçons que je regarde grandir le coeur plein de bienveillance et une troisième grossesse que je protège jalousement.

J’ai l’habitude de dire et d’écrire que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Je viens de traverser une très grosse tempête. Mon navire a été touché et a failli couler. Grâce à Dieu, j’ai largué les poids qui me poussaient vers le fond et j’ai repris mon cap.

Et comme le chante si bien mon fils « Mon bonheur à moi, c’est quoi ? Mon bonheur à moi, c’est toi. »

images 2

 

Publicités

11 réflexions sur “Mon bonheur à moi

  1. J’admire ton parcours et le chemin que tu empruntes qu’est la remise en question. C’est long, parfois douloureux, mais une fois que l’on prend conscience de ce qui fait notre personnalité…quel plenitude! Ce sentiment incroyable d’etre celle que l’on devait être à l’endroit ou on devait être. Tout est à sa place…Bravo Julie! Que la force continue d’être avec toi et profites pleinement de cette grossesse!

  2. tes mots sont tellement touchants encore une fois !!!! Prends soin de toi et de ce 3ème fois que tu as en toi, nul doute que ton Amour comble cette famille que tu construis et te comble en retour malgré les tempêtes et les souvenirs maléfiques !!!!!! Je t’embrasse !

  3. Sa fè plezir de te voir kom sa parsk je me suis bcp inkiété pour toi… Et mm si le petit être ki grandi en toi à pu sentir ta détresse et ton désarroi, il ressent également tt lamour ke lui porte son papa et sa maman et sa le rend chak jour un peu plus fort et un pe plus ancré dans le monde ki l’attend impatiemment et dans sa famille. Il oubliera vite l’angoisse kil a pu connaître pour finir par se nourrir essentiellement de tt l’amour que l’entoure

  4. Simplement félicitations, il est vrai qu’une grossesse n’est pas un long fleuve tranquille tout comme la vie de mère au foyer 😉 mais porter un enfant, le sentir grandir pour enfin le voir grandir est un merveilleux cadeau. Je vous souhaite beaucoup de bonheur dans votre vie et merci pour votre chronique 🙂

  5. J’ai l’impression de vivre et d’avoir vécu la même chose que vous concernant les enfants, votre manière de les aimer et de les voir, votre 3e grossesse… Cela s’est déroulé à peu près pareil pour moi.
    Mère au foyer, ce n’est pas forcément ce à quoi on s’attend, c’est mieux et c’est pire à la fois!! 😉
    Votre texte me touche!
    Bonne continuation à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s