Où sont mes limites ?

Ces dernières semaines, mes résistances nerveuses et affectives ont été mise à mal. Ce matin, au hasard de mes lecteurs sur le net, je suis tombée sur un article, que vous pouvez lire en cliquant ici, qui m’a tout simplement redonné la vue.

En effet, j’étais aveuglée par la souffrance que j’ai ressenti et je ne pouvais m’en remettre. Quelles en étaient les conséquences ? J’étais triste, en colère et à bout de nerf. Qui en faisait les frais ? D’abord moi, mon corps, mon moral et par ricochet, mes enfants et mon homme.

Et cet article m’est apparu. Il m’a fait me poser les bonnes questions. Quelles sont mes limites ? Mes limites affectives sont-elles simplement les liens qui m’unissent à mes parents, à mon frère ? Mes parents se soucient-ils de mon état mental ou de mon manque affectif ? Ont-ils fait la démarche de s’inquiéter du bien-être de leur fille ?  Comment me sentirais-je, Dieu m’en préserve, s’il arrivait quelque chose à mon amoureux ou à mes enfants ?

Chaque jour que Dieu fait, je me réveille aux côtés d’un homme qui m’aime profondément et auprès de nos deux petits princes.

Chaque matin, Dieu nous accorde la vie, la santé et le bonheur d’en jouir et d’en disposer à notre bon vouloir.

Aujourd’hui, je suis convenablement vêtue, j’ai le ventre bien rempli et un toit au-dessus de ma tête.

J’ai la faculté de réfléchir, un cerveau qui fonctionne à merveille et je ne me taris jamais du savoir que la vie nous offre.

Chaque soir, je me couche sans redouter de bombardement. Mon pays est à l’abri de la guerre civile.

Mes enfants vont à l’école, leurs petites mains ne sont malmenées par un travail précaire.

Ma liberté d’expression est grande et personne ne me poursuit pour avoir exposer mes idées.

Comme le dit si bien Anne-marie, l’auteure de cet article « Je m’accompagnais psychologiquement de ces femmes martyrs, non pas pour comparer et me dire « tu vois la chance que tu as par rapport à elles » (je suis persuadée que c’est une solution qui nous culpabilise mais ne fonctionne pas) mais pour ressentir leur force et les capacités humaines insoupçonnées qui existaient en moi. »

Je fais la liste de ces merveilleuses choses que la vie m’offre non pas pour me dire que j’ai de la chance, mais simplement pour réaliser que toutes ces choses qui sont acquises pour moi ne le sont pas forcément pour tout le monde. Combien de personnes luttent quotidiennement pour manger à leur faim ? Où trouvent-elles la force de lutter ? Au fond de leur coeur, de leur âme, de leurs tripes. L’être humain a cette capacité suprême d’affronter bons nombres de difficultés et de les surmonter.

J’ai cette force en moi. Et vous l’avez aussi.

Je refuse de sombrer plus bas. Je refuse de me lamenter. Je refuse de perdre espoir.

La vie n’est pas un rêve. Elle est faite de tourments, de sacrifices, de maux. Néanmoins, la vie est aussi bonheur, joie et réconfort.

Je ferai de cette épreuve une force. Je ferai de ma vie un havre de paix pour le bien, pour la liberté, pour l’amour.

Je ne veux plus me battre, je ne veux plus souffrir, je veux juste aimer et vivre.

La limite que je ne dépasserai plus, c’est celle du mal que je peux me faire et le mal que je fais à mes enfants en les délaissant quelque peu.

Mes autres limites seront surement repoussés avec le temps ou au gré des épreuves que la vie me réserve et j’espère toujours conserver dans mon coeur et dans mon esprit que mes limites ne sont pas fixes et que je peux toujours aller plus loin pour mieux aimer.

imagesCAG12JKA

Publicités

5 réflexions sur “Où sont mes limites ?

  1. Magnifique, comme c’est bon de lire ces mots !!!!! La force est en toi, on peut dire que tu prends le taureau par les cornes et tu as raison !! Ces épreuves sont en effet ta force dès à présent !! Tu as passé les différents stades pas top avant de te reprendre en prenant pleine conscience de ce que tu as vécu et non en le déniant !!! Bravo à toi et carpe diem 😉

  2. Enfin TU AS LACHÉ PRISE !!!! Ça fait du bien d’entendre ça… Pour ma part il y a un moment que la tristesse et la colère ont laissé place a la serenitude. Malgré ce drame j’ai toujours ma ptite vie que j’adore qui continue. Tu sais la vie m’a apprise une chose, c’est qu’il est de question que de nouvelles épreuves t’enlèvent ou gâchent les victoires que tu as remporté sur les précédentes. Ce que tu t’ai battu pour avoir, tu ne dois laisser AUCUNE PERSONNE AU MONDE te le prendre et ceci quelqu’en soit le prix parce qu’avant toutes choses pour être heureux dans la vie il faut sentir plaisible et en harmonie avec sois-même. Tu
    n’auras jamais tout encore moins ce que tu espérais mais ce que tu as es à toi, ce que tu as fais la personne que tu es aujourd’hui.

  3. Bon j’ai appuyer sur une mauvaise touche…alors je termine mon précédent message. Pour finir, je garde TOUJOURS une phrase en tête et c’est drôle parce que tu l’as citée dernièrement : « J’ai dans ma mémoire mes faiblesse mais aux creux des mains toutes mes forces aussi… ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s