Encore un matin

Une nuit agitée  (écrit le 14 juin 2011)

Hier soir, couchée vers vingt-trois heures trente. Après avoir créée ma chronique, j’ai la tête bien remplie… Impossible pour moi de trouver le sommeil. Les idées se bousculent, la réflexion bat son plein…

Trois quart d’heure plus tard, mon fils ainé se réveille « J’ai soif », puis de nouveau à minuit quarante-cinq.

Ensuite, le cadet vers trois heures du matin… Puis une nouvelle fois, le premier !

Enfin à six heures, le jour se lève et me réveille à son tour… J’ai oublié de fermer les volets d’en bas. Un cauchemar !

Finalement à à sept heures et demie, c’est un concerto de gazouillis du petit et une approche furtive dans mon lit du grand qui mettent un terme à mon sommeil. La nuit est bel et bien finie et elle m’a semblé presque inexistante !

249817_225732144122450_2740735_n
A bout de force, A bout de nerf, A bout de souffle  (écrit le 16 juin 2011)
Le bébé pleure, je regarde l’heure… C’est déjà le matin ! La nuit est passée sans m’apporter le repos dont j’avais tant besoin. Les réveils nocturnes du bébé et de son grand frère m’ont obligée à me lever, tandis que leur papa dormait paisiblement. Il travaille, lui, il a besoin de dormir, dit-il… Parce que s’occuper de nos enfants, ce n’est pas un travail ! Je suis à la maison, je n’ai pas besoin de dormir…
Ce matin, avant même de poser le pied par terre, je suis déjà H.S. Je n’ai envie de rien.
Je me lève.
D’abord le biberon du petit, devant « La matinale ». Je réalise que je n’ai pas fait de nuit complète depuis plusieurs mois. Je suis à bout de force.
Le lait est avalé, je change le bébé et le pose dans son transat. Il se met à pleurer. Je ne supporte plus ses cris. Que lui arrive-t-il ? Un rot coincé ? La couche sale ? Besoin d’un câlin ? Je n’en peux plus. Je suis à bout de nerf.
Il me faut un café… Un litre de café !
Le grand frère se réveille et m’appelle. Je vais le chercher. Le café doit attendre.
Je prépare son petit déjeuner et mon café… Enfin !
Attablée avec lui, c’est déjà la guerre.
« Bois ton lait, mon coeur.
  Non ! »
C’est la même rengaine à tous les repas, c’est tellement dur de le faire manger.
Je me concentre sur mon café et sur la journée qui m’attend.
Je suis à bout de souffle…
soleil
Encore un matin  (ce jour)
Mes nuits sont si mouvementées qu’il m’arrive au matin d’oublier que je me suis levée autant de fois. Comme si ma mémoire effaçait ce douloureux souvenir nocturne pour m’aider à affronter une nouvelle journée.
Lorsque tu deviens parent, Dieu t’offre le fruit de ta chair cependant, en contre-partie, tu signes un pacte avec le Diable, celui de renoncer au sommeil.
Ai-je mieux dormi durant les dix-huit mois qui viennent de s’écouler ? Pas vraiment.
Je suis régulièrement appelée au chevet de l’un ou l’autre de mes fils.
Il y a quand même eu deux changements majeurs qui m’ont permis de ne pas sombrer dans un coma léthargique.
Le premier et non des moindres, c’est que mon époux a pris le relais. Merci mon Dieu ! Il a réalisé que j’avais beau ne pas travailler, j’avais néanmoins besoin de me reposer. C’était à la fin de l’année dernière. Durant trois semaines, j’ai redécouvert le plaisir, le bonheur, la béatitude de dormir quelques heures consécutives. Cela m’a redonné une multitude de forces. Pour un temps, seulement, mais non négligeable.
Le deuxième changement a été de réussir à stabiliser le sommeil de mon fils ainé. Nous sommes allés consulter une kinésiologue. Une séance et quatre mois plus tard, il dort toute sa nuit. Parfois, il réclame encore sa sucette ou un câlin mais ses terreurs nocturnes et ses cauchemars ont disparu.
Ceci dit, je suis toujours un poil fatiguée. Vous me direz, il en faut des nuits et des heures pour rattraper toutes celles que j’ai perdues ! Sans compter que je continue à être réveillée une fois ou deux, ou trois, selon les bruits de la maison, mes impatiences et l’éveil plus que matinal de mon fils cadet à six heures et demi.
Et lorsque le réveil sonne à sept heures, chaque matin, je repousse toujours de quelques précieuses minutes l’instant fatidique de poser le pied hors de mon lit si chaud et si douillet.
C’est notre lot, devrais-je dire, notre devoir de parent à tous. Pourtant, il y a par-ci, par-là, des exceptions. Juste ce qu’il faut pour nous faire espérer que oui, c’est possible, d’avoir des enfants qui dorment comme des bébés, sans les laisser pleurer dans leur lit, sans cauchemar et sans mensonge…
Et chez vous, ça se passe comment ?
Publicités

4 réflexions sur “Encore un matin

  1. un enfer!!!!! LE grand de 4 ans et le petit de 18 mois nous rejoignent toutes les nuits pour finir leur nuit avec nous! A 4 dans le même lit c’est plus supportable! ON est plus fatigué qu’avant avoir été se coucher….solution?, Pas encore trouver. L’ostéo a amélioré la chose, il ne se réveille plus qu’une seule fois dans la nuit au lieu des 4/5 fois chacun mais dès qu’ils nous rejoignent c’est la guerre à celui qui aura le côté gauche de maman…je vais essayer d’aller voire un homéopathe pour que mes enfants puissent enfin trouver un sommeil reposant et moi aussi….et mon mari aussi

    • A 4, c’est vrai que ce n’est pas tenable, je connais aussi !!
      Oui, je ne peux qu’approuver ton désir de trouver une solution pour améliorer cette situation. J’ai moi-même consulter un homéo qui a un peu soulagé mon fiston mais le miracle, c’est réellement produit avec la kinésiologue !! Je te souhaite bon courage et que le sommeil soit avec vous 😉

  2. de plus en plus courtes, le réveil à 7h du mat depuis qu’on a déménagé alors qu’avant c’était 9h! sinon mes nuits sont envahis par mes 2 monstres qui squattent tout le lit et je les retiens pour pas qu’ils tombent (malgré une barrière de lit installée sur MON lit exprès pour le ptit monstre) des réveils durs et des journées longues qui finissent en cris dès qu’une bêtise se produit ou en larme en cas de très grosse fatigue

  3. mon grand dort bien, depuis ses 4mois et demi, il a desormais 4ans, mon deuz de 6mois bof, mais comme tu dis on fait avec…. dur, dur! je ne sais plus la dernière fois ou j’ai bien dormi. Il fait ses nuits depuis 1mois, mais quand c’est enfin regulier, il tombe à chaque fois malade, alors!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s