Mauvaise mère

« Quand je pense à mes enfants, je souhaite leur offrir une enfance radicalement opposée à la mienne. Je veux qu’ils grandissent dans un foyer calme, où les cris et les interdits ne viendront pas perturber leur équilibre. »

Il y a une dizaine d’année, la jeune femme que j’étais imaginait ainsi sa maternité. En exhumant ce vieux brouillon, je me suis dit que j’en étais bien loin.

Je me souviens guère de ma petite enfance. Cette époque me semble quelquefois iréelle. Néanmoins, ma mémoire me rappelle certains épisodes que je voudrais effacer. Je n’ai pas oublié les corrections que j’ai reçues, les cris de ma mère, les coups que me donnait ma soeur. Je n’ai pas oublié le sentiment d’abandon que j’ai ressenti à mon adolescence lorsque mes parents en émoi, tentaient de sauver ma soeur ainée de son désarroi. Puis j’ai grandi. Je suis devenue adulte. J’ai alors été en conflit avec ma famille. J’ai exprimé mes douleurs enfantines, j’ai eu beaucoup de ressentiments. Je les ai dits, ils ont été entendus, se sont apaisés et j’ai pardonné.

Mon enfance est bel et bien finie. Or, elle me rattrape souvent. Ce sentiment d’injustice que j’ai ressenti à cette période a construit ma personnalité d’adulte. Il y a en moi une colère qui gronde et que je ne peux maitriser. Dès que je suis contrariée, irritée, elle émerge, m’envahit et me transforme en une femme que je ne parviens pas toujours à contrôler.

Depuis presque cinq ans, je suis parent. J’ai constamment souhaité le meilleur pour mes enfants et pourtant ce n’est pas toujours ce que je leur donne. Je suis loin de leur offrir « un foyer calme, où les cris et les interdits ne viendront pas perturber leur équilibre. »

Je crie sur mes enfants. Ma mère criait, ma grand-mère criait, j’ai hérité de ce déplorable gène. C’est ce que l’on appelle reproduire le schéma. J’ai très rapidement pris conscience de cet état de faits. Je me suis confiée à mon médecin, une extraordinaire homéopathe qui m’a aidée à comprendre pourquoi, malgré moi, je réagis de cette manière. Parce que, croyez-moi, j’ai horreur de cela.

ma_mere

Lorsque je crie, je ne m’aime pas.

Cela fait plusieurs mois que j’ai décidé de mettre un terme à ces cris. J’ai d’abord repéré et analysé les situations qui me mettaient en colère et provoquaient l’apparition des cris. C’était essentiellement quand mes enfants désobéissaient à une consigne ou encore s’ils n’écoutaient pas mes requêtes. J’ai acheté des livres pour changer ce trait de ma personnalité. Ils m’ont aidée un peu, durant quelques jours, quelques semaines. Toutefois, c’est revenu. Je n’arrive pas à m’en dépêtrer.

Je lis aussi des articles sur l’éducation non-violente. Mes cris sont des coups que je donne à l’âme de mes enfants, mais pas seulement. Comme de nombreux parents, il m’arrive de mettre une fessée, une claque sur la main, ou de tirer l’oreille en guise de punition. Autour de moi, c’est ainsi que les gens font. Ces exemples pourraient me conforter dans mes positions et m’ôter tout remord. Cependant, je n’y arrive pas. La petite fille qui vit en moi ne cesse de me remémorer que tout ceci n’est pas bon. La maman que je suis s’interroge sur le devenir de ces coutumes et souhaiterait casser le schéma.

J’ai été élevée avec les coups et les cris, je n’en suis pas morte, certes. Mais ma vie d’adulte a été conditionnée par ces pratiques. Je ne fais nullement le procès à mes parents, ni même à d’autres parents. Je fais mon propre procès. Je ne suis pas une mauvais mère aux yeux de la société lorsque je frappe mon enfant. C’est à mes yeux que j’en suis une. La jeune fille nullipare que j’étais me le rappelle constamment. Cette situation est très inconfortable car je ne me sens pas fière de moi. Et malgré tout, je ne réussis pas encore à être celle que je souhaite.

Aujourd’hui, j’écris. Je me dévoile, je pose sur le papier ces maux qui me rongent. J’aimerais que ce texte soit mon déclic. J’aimerais acquérir la patience nécessaire pour ne plus m’énerver lorsque mes enfants sont désobéissants. J’aimerais trouver la sérénité pour apaiser la colère qui me consume.

Publicités

14 réflexions sur “Mauvaise mère

  1. comme toi j ai ce vilain défaut et mon homme ne l aime pas du tout , et oui cela viens de notre enfance parfois pas simple ,lourde a porter.
    on aimerait tant que cela cesse mais comment thérapie mouais mais faut l argent ,le temps et pas sur que cela marche .
    aujourdhui j essaie un max d etre plus zen plus calme j y arrive parfois et parfois le coté obscure revient on y peut rien , nos enfants ne sont pas si malheureux il y a pire que eux regarde le 20heures et tu comprends qu ailleurs c est ………… je trouve pas de mots .

  2. Je lis régulierement tes postes mais ne mets jamais de commentaires… Mais ce texte m’interpelle, comme toi, j’ai vécu dans une famille où on crie et comme toi, je me suis dit que jamais je ne ferai comme ma mère !!!
    Au yeux de bons nombres de parents, je suis une maman très patiente mais quand mes enfants n’obéissent pas, je suis comme ma mère, ma grand-mère et même ma soeur, je CRIE !!! Je rentre parfois dans une rage folle, pourquoi? Je n’en sais rien, un passé difficile? Certains diront oui, moi je ne pense pas, j’ai été aimé, entouré, choyé, ecouté mais aussi réprimandé, corrigé, on m’as crié dessus… pourquoi? Tout simplement parce que je n’écoutais pas, je n’obéissais pas !!!
    Je suis une maman et une femme épanouie, je ne m’aime pas quand je suis CETTE maman mais j’essaye de leur expliquer que maman aussi à ces limites et j’essaye d’être la meilleure pour eux le reste du temps…
    Je me dis que ça s’atténue au fil des générations, que mes enfants et mes petits-enfants n’auront peut être pas ce travers !!!

    Au plaisir de te lire.

    • C’est aussi ce que je dis à mes enfants, que j’ai mes limites, queje peux pas répéter encore et toujours les mêmes choses… Je craque souvent et m’en mords les doigts ensuite. J’aimerais trouver un juste milieu. J’essaie aussi d’être meilleure pour eux et pour moi, car c’est épuisant de s’énerver ainsi et j’espère que l’on y parviendra 😉

  3. J’aime ton texte parce que malheureusement je me retrouve en toi…en ce comportement avec une différence et énorme moi c’est pas génétique…du coup je choque mes parents dans mon comportement!!
    Merci…

  4. je suis un peu pareil mais il faut dire que quand t’es à la maison toute la journée que tu te consacres entièrement à tes enfants et que en retour ils ne t’écoutent c’est super énervant et je cries énormément et je m’en veut aussi parce-que je me dis qu’ils n’ont jamais demandé à être là et moi au lieu de leur donner le meilleur de moi-même je leur montre mon mauvais coté, j’ai l’impression de perdre de la patience à chaque bêtise… tu n’es pas une mauvaise mère et je ne pense pas que ce soit génétique mais plus à un épuisement psychologique, j’ai vu des copines reprendre le boulot après avoir eu des enfants et qui étaient super zen elles étaient bien moins fatiguées que quand elles étaient en congé parental
    faut pas culpabiliser t’es une bonne mère peut-être à bout de nerf comme beaucoup je pense
    bonne soirée à toi et ta famille. bisous

  5. Bonsoir. Je lis votre article et me parle beaucoup. Par rapport à l’éducation reçue et surtout « Lorsque je crie, je ne m’aime pas ».
    Mon fils de 9 ans me reproche de ne pas l’aimer( je l’aime mais je ne sais comment lui montrer) . Ce soir pendant une grosse dispute il m’a dit « au lieu de crier, fais ton travail de mère  » il m’a achevé. Déjà que je sens pas Bonne mère lui non plus.
    Je lui réponds par des cris, des tapes. J’en suis malade.

      • Merci Julie
        Avez vous trouvé un remède ?
        Avec mon fils on a « convenu » de sortir un tee shirt bleu (signe de la dispute d’hier) avant que la colère ne monte la prochaine fois.
        C’est pas la première fois mais franchement je ne me reconnais pas dans ces moments la. Ce qui me fait mal c’est qu’il perçoit que j’ai du mal à l’aimer (sûrement parce que je ne m’aime pas moi d’abord….)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s