Le collectif des parents « Jamais plus tranquille »

Bienvenue dans le collectif des parents « Jamais plus tranquille ».

Si ces trois petits mots sortent de votre bouche au moins une fois par jour, vous êtes des nôtres…
Si ces trois petits mots évoquent instantanément à votre mémoire des souvenirs, vous êtes des nôtres…
Si ces trois petits mots ont été prononcés conjointement par votre moitié et vous-même, vous êtes des nôtres…

Devenir parents, c’est renoncer à la tranquillité. Vous savez, cet état où rien  ni personne ne vous dérange. Vous avez saisi, alors rejoignez-nous.

Premier statut : Au sommeil tu renonceras et les grasses matinées tu oublieras.
D’où vient l’expression « Dormir comme un bébé » ? C’est sûrement une farce faite par nos aïeux pour ne pas effrayer les générations à venir ou pour ne pas risquer l’extinction de l’espèce. Une sacrée blague parce que dormir est plutôt l’activité la plus boudée par nos bambins.
Note aux parents qui ont eu un spécimen à part, faisant des siestes de trois heures trente et des nuits de huit heures, merci de s’abstenir !

Deuxième statut : Les débuts de film, tu louperas.
Sérieusement, comment elles faisaient nos mères pour regarder un film du début à la fin avant l’invention du replay ?
Même en couchant tes gosses à 20h00, ce qui soit dit en passant est un vrai miracle, tu n’es jamais à l’abri d’un endormissement hypra-long, justement le soir où Le film que tu as envie de regarder passe à 20h30 à la télévision.

Troisième statut : Tu répondras au téléphone dans une atmosphère de hall de gare.
Dès la première sonnerie, tu sais qu’il te faudra être plus rapide que l’ainé pour choper le combiné avant lui, et tu réalises en répondant qu’il va te falloir te battre avec le cadet pour l’empêcher de piquer en douce les bonbons ou tout autre chose qui se mange dans ton placard. Tandis que le premier, profitant de cette double indisponibilité de sa mère, se met à faire du saut en hauteur sur le canapé.

Quatrième statut : Tu abandonneras les repas pris dans le calme.
Trois à quatre fois par jour, tu réuniras ta petite tribu autour de la table à manger et tu ne seras vraiment tranquille qu’une fois la tornade passée !

Cinquième statut : Fini les apéritifs peinards.
Vous aimez vous détendre autour d’un verre et quelques chips ? Eh bien, sécurisez le périmètre avant toute tentative de relaxation. Prévoyez le bol pour les petits, éloignez les verres du bord de la table, pensez au sopalin, à la balayette et n’engagez surtout pas de conversation avec votre conjoint car celle-ci risque de ressembler à du morse.

Sixième statut : Tu abandonneras les bains relaxants.
Surtout ne jamais dire tout haut « Je vais prendre un bain » sauf si vous souhaitez partagez votre baignoire avec des apprentis nageurs-plongeurs qui prendront votre ventre pour un trampoline.

Septième statut : Renoncer dès maintenant au sexe à l’improviste.
Encore une fois, assurez vos arrières. Vérifiez que la marmaille soit bien endormie, ou obnubilée par leur dessin animé préféré ou bien encore chez les grands-parents. Le mieux, abstenez-vous, cela évitera d’ajouter un gremlins de plus à votre famille !

Huitième statut : Ta bibliothèque tu rempliras de livres inachevés.
Tu t’es acheté le dernier best-seller et tu comptes bien le dévorer dans l’heure qui suit… Attend-toi à lire trois fois la même phrase, à sauter quatre ou cinq lignes et à répéter une bonne dizaine de fois « Ne me dérangez pas maintenant, je suis en train de lire. »

Neuvième statut : Tes balades deviendront des courses de vitesse.
Après t’être émerveillé durant des heures devant ton rejeton en train d’apprendre à marcher, enfile tes baskets et prépare-toi à rattraper Usain Bolt lors de son 100 mètres aux jeux olympiques. Tout en veillant bien sûr à ce qu’il ne finisse pas par gouter au bitume lors d’une chute incontrôlée.

Dixième statut : Tu aimes aller au petit coin dans l’intimité de ton odeur nauséabonde, perdu !
Même aux toilettes, tu ne seras jamais plus tranquille !

Onzième statut : Tu perdras la naïveté de croire que cela s’arrête lorsque les enfants ont grandi. Tu signes à la vie, à la mort.

Douzième statut : Prépare-toi à vivre avec tes adorables bambins, cette période ingrate qu’est l’adolescence. Un moment difficile, autant pour le jeune mutant que pour ses pauvres parents devenus ringards… Ça fait mal !

Treizième statut : En amont de ce douloureux futur, rappelle-toi ta propre adolescence et attend-toi à la revivre. Ça peut toujours aider !

Quatorzième statut : Tu aimes le lèche-vitrine ? Tu te contenteras de lécher l’écran de ton portable, si tu as la chance d’avoir un téléphone nouvelle technologie, depuis le parc où tu passes à présent tes après-midi avec tes chers petits. Il semblerait qu’à l’adolescence, la donne change. C’est bien connu, les ados adorent faire du lèche-vitrine !

Quinzième statut : Les restaurants, tu oublieras. Certains s’en sortent bien, d’autres moins bien… C’est question de baby-sitter, de moyens financiers ou de tenue à table. Faut bien tomber !

Seizième statut : La maladie ne passera pas par toi. Et si elle te tombe dessus, sors la grosse artillerie de calmants, parce qu’il va falloir assurer quand même !

Dix-septième statut : Tu apprendras à gérer ton stress du rangement. Tout n’est pas parfaitement ranger ou ne reste pas longtemps en ordre, relativise ! « Nobody is perfect ! » Et si tu as déjà développé le syndrome de la propreté absolue, lâche prise de suite !

Dix-huitième statut : Les mots « vacance », « détente » et « bronzette », tu effaceras de ton vocabulaire. Fini les après-midi farniente, les doigts de pied en éventail, à bronzer de tout ton soûl. Au mieux tu te retrouveras recouvert de sable, au pire tu courras après ton petit qui a envie de faire le 100 mètres sur la plage.

Dix-neuvième statut : Tu te méfieras des trajets en voiture. A deux, c’est mieux. L’un conduit, l’autre est disponible pour la marmaille. Mais en solo, apprête-toi à vivre de grands moments de solitude !

Vingtième Statut : En clin d’œil au deuxième statut, les fins de film, tu louperas aussi. Une fois la progéniture endormie, tu t’écrouleras sur ton canapé et t’endormiras à ton tour.

Vous en avez d’autres ?  Faites-vous plaisir, racontez-les moi et je les ajouterai !

Publicités

Une réflexion sur “Le collectif des parents « Jamais plus tranquille »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s