C’est la vie…

Il y a des gens qui pensent que ce en quoi ils croient, est parole d’évangile…

Depuis plusieurs mois que je navigue sur le net, j’ai pu constater que pour certains, leurs opinions sont irréfutables ! Ils ne supportent pas la moindre critique, n’acceptent aucune remarque et pire encore, ils démolissent les pauvres inconnus qui osent émettre une idée différente de la leur !

Est-ce une question d’égo ? Il me semble…

Aujourd’hui, j’écris. J’émets mon avis sur les choses de la vie. Je partage mes ressentis, mes craintes, mes questionnements. Suis-je pour autant dans le vrai ? Mes pensées sont-elles, à ce point, infaillibles que nul ne peut les contredire ? J’ai l’humilité de penser que non.

Nous sommes tous dans l’erreur. Personne n’a le pouvoir d’affirmer qu’il détient  La Vérité. Il n’y a pas une vérité mais des vérités. Chaque personne est unique et chaque personne a sa vérité. Rien n’est universel !

Peu importe le débat, l’important c’est l’échange ! Ce qui compte, c’est ce que chacun peut apporter à l’autre…

Cela s’applique aussi dans la vie de tous les jours, celle qui n’est pas virtuelle… Avec notre famille, nos amis, nos collègues, nos voisins… Pourquoi certaines personnes ont-elles toujours ce besoin d’imposer leur mode de vie, leurs idées, leurs envies aux autres ? C’est encore une question d’égo… C’est se croire mieux que l’autre. Mais au nom de quoi ? De certaines valeurs, d’une réussite professionnelle, d’une culture différente, d’un mode de vie exemplaire ?

Chacun voit midi à sa porte… Ce qui est bon pour toi, ne l’est pas pour moi…

Alors on fait quoi ??? Eh bien, rien de plus simple… On se respecte ! On accepte que chacun soit différent et on respecte sa vie, sans imposer la sienne… On fait taire son égo !

Une simple question remettrait beaucoup de personne à leur place… Qui es-tu pour  penser que tes idées sont meilleures que celles de l’autre ? Tu n’es rien ! Tu es né comme les autres et tu mourras comme les autres. Alors échangeons mais n’imposons rien !

PS : Cet article n’a pas la prétention de se croire au-dessus des autres, et l’auteur encore moins ! Juste une envie de partager mon ressenti… « Nobody is perfect » 😉

Publicités

Ma déclaration

Il est tout près de moi et parfois, si loin…
Quelquefois, je surprends son regard posé sur moi et alors, ainsi démasqué, il me sourit tendrement.
Souvent, il ne m’écoute pas… Ce qui m’énerve prodigieusement !
Je l’ai aimé à la folie, puis un peu, beaucoup et passionnément.

Il m’a déçue, je l’ai blessé…
Il m’a charmée, je l’ai conquis…
Lui et moi, c’est la lune et le soleil… Nos différences sont notre force et nos faiblesses.
Les tourments de la vie nous ont affaiblis, éloignés pour mieux nous réunir.

J’aime ses yeux qui brillent lorsqu’il parle de ses années « avant moi ». J’aime son odeur, le goût de sa peau. J’aime sa bouche quand il rit.

Lui et moi, c’est une rencontre féérique, c’est deux merveilleux enfants, c’est des coups de blues, des coups de gueule, c’est l’amour envers et contre tout.

Il est mon oxygène, mon cœur qui bat, ma lumière dans le noir…
Il est en moi, pour moi, à moi…
C’est mon homme !

Impatiente…moi ?

Le jour où j’ai vraiment compris que mon impatience était un frein à mon épanouissement, eh bien j’ai écrit ce texte…

Etre impatiente, c’est être faible d’esprit. Ca révèle une incapacité à supporter les choses de la vie. L’impatience flirte avec l’inquiétude. Quand je suis impatiente, je suis inquiète que la vie ne m’apporte pas ce que je souhaite. Cela m’aide-t-il à obtenir ce que je désire ? En aucun cas ! Bien au contraire, mon impatience m’éloigne de mon but. A force d’attendre quelque chose, rien ne se passe. Pire encore, tout va de mal en pis… Attendre, c’est être esclave du monde extérieur.

Pourquoi brusquer son destin ?

La nature est bien faite. A chaque saison, son climat ! Pourquoi n’en serait-il pas de même pour nous ? J’affectionne les proverbes… Il m’arrive souvent d’en citer, d’en inventer et surtout de m’y référer. Comme si ces petites phrases pleines de sagesse pouvaient me montrer la voie… « Chaque chose arrive en son temps », n’est-ce pas ?

Je suis impatiente, « c’est là {mon} moindre défaut » !

J’ai réussi à apprivoiser le temps dans l’instant présent afin de ne pas regretter le lendemain les joies de la veille… En revanche, je ne sais pas encore appréhender mon impatience dans les difficultés. Quand ça ne va pas, quand quelque chose ne me convient pas, je souhaite que ça change tout de suite ! Quelle ineptie que de vouloir diriger son destin !

Il m’en aura fallu du temps… C’est le comble pour une impatiente !

Aujourd’hui, je reprends ce texte  que j’ai écrit il y a plus d’une semaine. Je ne l’ai pas publié le jour-même car je n’étais pas satisfaite de la fin…

Alors, j’ai pris le temps de réfléchir à ces mots que j’avais couchés sur le papier…

J’ai pris le temps de mettre à l’épreuve mon impatience et j’ai appréhendé mon envie de conclure quelque chose rapidement…

Ça a été pour  moi une révélation ! J’ai découvert qu’attendre pouvait aussi se ressentir comme un plaisir… Je ne me suis pas précipitée et les choses de la vie sont venues à moi.

Hier soir, je feuilletais un livre que je n’avais pas encore pris le temps de bouquiner. C’est un recueil  de « Petites choses qui font de grandes différences dans la vie » de Marcel Béliveau, l’auteur de « Surprise sur prise », l’émission de télévision, vous voyez ?  Ça vous fait sourire ? Moi aussi, j’ai souri quand j’ai lu le titre et l’auteur. Quelle idée farfelue a eu ce monsieur d’écrire ce genre de livre ! Bref, j’ai commencé à lire ses pensées philosophiques sur diverses circonstances qui nous arrivent au quotidien…

Sa treizième réflexion a pour titre « Impatient… moi ? » et la première phrase est « C’est la meilleure façon de bousiller votre journée. » Et là, tel un couperet, j’ai réalisé que pour moi, il ne s’agissait pas seulement d’une journée, mais d’une vie … de ma vie ! Alors j’ai lu attentivement ces quelques phrases et j’ai compris que j’étais sur la bonne voie !

Ces derniers jours, je vis différemment et je le vis bien… Je n’ai pas encore la patience comme vertu mais je m’y engage. Je sais qu’il ne faut pas attendre oisivement. L’attente est longue quand elle n’est pas maitrisée. Je suis à l’écoute, j’observe, j’analyse les signes de la providence … J’ai tout mon temps !

Si Dieu le veut…

Différent ? Pas tant que ça !

376441_314935755202088_523327361_n

Chaque personne est unique, chaque être humain est différent…

Différent, voilà un mot qui effraie ! Pourquoi s’effrayer de ce que nous sommes ? Chacun d’entre nous est différent, exceptionnel. Chacun a sa propre vision du monde, sa réalité qui le caractérise, sa vérité, ses qualités et ses défauts, ses besoins, ses envies, ses désirs…

Tous les individus en bonne santé naissent avec un cerveau, une intelligence qui s’éveille au fil des jours, des années, des apprentissages, de l’expérience et de la réflexion.

La vraie différence réside ici. Nous sommes tous faits de la même manière, avec le même capital sauf que certains l’exploitent tandis que d’autres le laissent en jachère.

La vraie différence demeure dans notre volonté de profiter un maximum des capacités de notre cerveau… Un peu de lecture par-ci, un peu de méditation par-là, un brin de discussion, un soupçon de philosophie et d’ouverture, mais surtout beaucoup de remise en question… Ne dit-on pas qu’il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis ?

L’intelligence ne se mesure pas au nombre de diplômes que l’on peut accrocher à son mur. L’intelligence est pudique, elle ne se montre pas. Elle s’apprivoise, se cultive. Elle est ouverte au monde. Elle se nourrit des expériences des autres. Elle ne parle pas, elle écoute et réfléchit.

Nous sommes tous dotés d’intelligence. Il suffit simplement de ne pas l’étouffer d’idées reçues, ne pas l’abreuver de méchanceté et l’éloigner de la bêtise, des choses superflues.

Nous sommes tous différents et pourtant nous sommes les mêmes… Les mêmes sens, les mêmes connections neurologiques, les mêmes données. Nous sommes tous potentiellement intelligents, très intelligents ! Seulement certains l’ignorent… Soit ils l’ignorent au sens propre du terme, c’est-à-dire qu’ils se croient bêtes, pour telle ou telle raison. Soit ils l’ignorent car c’est finalement plus facile de vivre bêtement… Pas besoin de réfléchir, ça donne mal à la tête. Pas de remise en question, car « Quand on est con, on est con ». Pas d’ouverture d’esprit, le con a toujours raison !

Humblement, j’assume de ne pas être bête. Je ne prétends être très intelligente ni détenir la science infuse. Je suis juste une jeune femme qui déteste la bêtise et qui aimerait que ce monde dans lequel ses enfants vont grandir, devienne un peu moins con…

Ce n’est pas gagné !