Loin de chez soi…

Une mère au foyer sans son foyer, c’est comme Roméo sans Juliette, comme un coca-cola sans bulles, comme un noël sans cadeau… C’est juste impensable!

Loin de mon foyer, je me sens perdue…

Bien sûr chez mes parents, je me sens bien. Mais après avoir quittée le cocon familial pendant sept ans, ce n’est pas évident de me réadapter à leur vie… De plus, avec mes deux petits monstres, c’est une véritable révolution dans la vie quotidienne des grands-parents!

L’heure des repas est chamboulée, la grosse voix de papy résonne au moment du coucher, le parquet du salon est rayé par les jouets, les escaliers sont barricadés par la poussette… En un mot, leurs habitudes sont bouleversées!

Pour nous, tout est… différent. L’absence du papa commence à se faire sentir. Il nous rejoint à sa sortie du travail et passe du temps avec ses enfants mais c’est très dur pour lui de trouver sa place dans cette maison déjà bien encombrée! Puis, le soir, il rentre dormir dans notre maison incroyablement vide et silencieuse…

Après une longue période de conflits et de désaccords, cette épreuve donne un nouveau souffle à mon couple. Mon homme me manque… Telle une adolescente, je lui laisse des mots doux. Je l’appelle le soir avant de me coucher juste pour l’entendre me dire « je t’aime ». Ce week-end, nous nous sommes accordés un repas en tête-à-tête au restaurant et une folle nuit d’amour! C’était tellement agréable de le sentir près de moi, de m’endormir dans ses bras… Je tombe amoureuse une seconde fois de mon mari… Loin des yeux, près de mon cœur. Peut-être fallait-il tout ça pour se retrouver? Après s’être égarés sur des chemins de traverse, nous avons fini par nous rejoindre. Ces difficultés nous ont aidé à remettre les choses en ordre.

Toujours est-il que mon foyer me manque! Les travaux avancent doucement. Je suis passée sur le chantier aujourd’hui, quelle désolation! Plus de salle de bain, plus de cuisine… Le plaquiste prend son temps! Il m’exaspère considérablement! Alors je prends mon mal en patience et me console en me disant que je vais avoir un intérieur flambant neuf!!

Finalement, je prends les choses avec beaucoup de philosophie. J’évite les idées noires, les lamentations et la dépression. Je reste positive… Ça aurait pu être pire! Dans notre malheur, je sais reconnaître notre chance. Ma famille nous héberge de bon cœur, le propriétaire a fini par prendre un peu plus les choses en main, mes enfants sont en bonne santé et s’entendent à merveille avec leurs grands-parents, mon mari est très à l’écoute et m’aime tous les jours un peu plus.

Quant à moi, je suis une femme amoureuse et comblée, j’ai mes enfants auprès de moi, mes parents qui veillent sur la tribu et ma meilleure amie à cinq minutes… Même si le vague à l’âme m’envahit quelque fois, je refais vite surface! Plus question de se laisser couler! A présent, je sais nager!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s